lundi 23 juillet 2012

Science en ondes

mardi 22 juillet 2012 (11 h-12 h) Radio Campus Lille 106,6 MHz ou www.campuslille.com


    Car s'il embrasse les opinions de Xenophon et de Platon par son propre discours, ce ne seront plus les leurs, ce seront les siennes. Qui suit un autre, il ne suit rien. Il ne trouve rien, voire ne cerche rien. "Non sumus sub rege; sibi quisque se vindicet." ("Nous ne vivons pas sous un roi; que chacun dispose de soi-même." Sénèque, Epîtres, 33) Qu'il sache qu'il sçait, au moins. Il faut qu'il emboive leurs humeurs, non qu'il aprenne leurs preceptes. Et qu'il oublie hardiment, s'il veut, d'où il les tient, mais qu'il se les sçache approprier. La vérité et la raison sont communes à un chacun, et ne sont non plus à qui les a dites premierement, qu'à qui les dict après. Ce n'est non plus selon Platon que selon moy, puis que luy et moi l'entendons et voyons de mesme. Les abeilles pillotent deçà delà les fleurs, mais elles en font après le miel, qui est tout leur; ce n'est plus thin ny marjolaine : ainsi les pieces empruntées d'autruy, il les transformera et confondera, pour en faire un ouvrage tout sien, à sçavoir son jugement. Son institution, son travail et estude ne vise qu'à le former.

Michel de Montaigne, Essais, Livre I, XXVI, De l'institution des enfans (1595)

vendredi 13 juillet 2012

Science en ondes

mardi 17 juillet 2012 (11 h-12 h) Radio Campus Lille 106,6 MHz ou www.campuslille.com


    De mode que les Intelligences celestes, les Dieux tant marins que terrestres, en ont esté tous effrayez, voyans par l’usaige de cestuy benedict Pantagruelion les peuples Arcticques en plein aspect des Antarcticques franchir la mer Athlanticque, passer les deux Tropicques, volter sous la zone torride, mesurer tout le Zodiaque, s’esbatre soubs l’Æquinoctial, avoir l’un et l’aultre pole en veue à fleur de leur orizon.
    Les dieux olympicques ont en pareil effroy dict : « Pantagruel nous a mis en pensement nouveau et tedieux, plus que oncques ne feirent les Aloïdes, par l’usaige et vertus de son herbe. Il sera de brief marié, de sa femme aura enfans. A ceste destinée ne povons nous contrevenir : car elle est passée par les mains et fuseaulx des sœurs fatales, filles de Nécessité. Par ses enfans (peut estre) sera inventée herbe de semblable energie : moyenant laquelle pourront les humains visiter les sources des gresles, les bondes des pluyes, et l'officine des fouldres, pourront envahir les regions de la Lune, entrer le territoire des signes celestes, et là prendre logis, les uns à l'Aigle d'or, les aultres au Mouton, les aultres à la Couronne, les aultres à la Herpe, les aultres au Lion d'argent, s'asseoir à table avecques nous, et nos déesses prendre à femmes, qui sont les seulx moyens d'estre deifiez. »

Rabelais, Le Tiers Livre, LI (1552)

jeudi 5 juillet 2012

Science en ondes

mardi 10 juillet 2012 (11 h-12 h) Radio Campus Lille 106,6 Mhz ou www.campuslille.com


    We have found a strange foot-print on the shores of the unknown. We have devised profound theories, one after another, to account for its origin. At last, we have succeeded in reconstructing the creature that made the foot-print. And Lo! It is our own.

Sir Arthur Stanley Eddington